Présentation du projet d’inventaire

Présentation du projet d’inventaire

Depuis le semestre de printemps 2012, un séminaire de recherche se consacre à l’inventaire des très riches collections du château de la Sarraz, géré par une association privée. Abritant le mobilier et les objets de la famille de Gingins-La Sarra qui le posséda durant des siècles, mais également le fonds du Musée romand voulu par M. de Mandrot et Alexis Forel, des documents ayant trait à la célèbre Maison des artistes d’Hélène de Mandrot et à sa production artistique propre, enfin la collection d’aquarelle Knébel, le château se prête à des investigations variées, confiées aux étudiant-e-s du séminaire de recherche.

A ce jour, plus de 500 objets ont été inventoriés: mobilier, portraits, coffres, orfèvrerie, porcelaine, broderie, armes à feu… En mai 2015, le séminaire a participé à la restitution du Grand salon restauré dans sont état de 1862, à partir des sources documentaires à disposition.

Le résultats des recherches est publié sous forme d’articles:

  • Decrausaz Denis, « Les portraits des Gingins par Pierre Guillibaud, ou Les désirs de paraître d’une famille patricienne », in Monuments vaudois, 4, 2013, pp. 53-42.
  • Jeandrevin Aline, « Couteaux, fourchettes, chandeliers-trompette. Les collections d’argenterie du château de La Sarraz », in Monuments vaudois, 5, 2014, pp. 37-47.
  • Lüthi Dave, « Portrait mobilier d’une famille patricienne. Le cadre de vie des Gingins au XVIIIe siècle : entre opulence contrôlée et obligation sociale », in Monuments vaudois, 3, 2012, pp. 10-20.
  • Lüthi Dave, « Archéologie d’un ensemble mobilier exceptionnel : les collections du château de La Sarraz (Suisse) », à paraître dans In Situ, la revue des patrimoines, Paris, Ministère de la Culture, 2015.

Des mémoires de maîtrise sont consacrés aux collections du château:

  • Decrausaz, Denis, Le mobilier de la famille de Gingins conservé au château de La Sarraz, mémoire de maîtrise en histoire de l’art, en cours (2016).
  • Rutz Nicolas  Alexandre, La  politique  d’achats  et  de  gestion  de  livres  d’un  noble  vaudois  au  XVIIIe  siècle.  Le  cas  de  Wolfgang-Charles  de  Gingins,  seigneur  de Chevilly, mémoire de maîtrise en histoire, Université de Lausanne, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *